Nouveaux entretiens sur la pluralité des mondes

19491

22,00 €

Dans cet essai de cosmologie sauvage, je ne me suis pas adressé aux marquises et aux abbesses, comme le fit Fontenelle, mon lointain prédécesseur, en son temps. Mon public est profane et il refuse d’emblée la docte ignorance des métaphysiciens et des mystiques, femmes savantes ou esprits crédules. Il se méfie aussi bien des mystifications dont se parent parfois les savants et les scientifiques, aussi bien que des fabulations des auteurs de science-fiction, mais il tend l’oreille souvent aux poètes, écrivains et philosophes inquiets.
La cosmologie ou théorie de l’univers est-elle possible et n’est-elle pas limitée par un horizon, l’horizon du visible ou de l’observable ? Imaginer un au-delà de l’horizon est la tâche de la cosmologie spéculative et qui prend alors la relève de la mythologie pour inventer la scène primitive d’une mer originelle. Cette eau originaire n’est pas si éloignée des fluctuations du vide quantique et le mythe de l’océan primitif peut être perçu comme la matrice de toutes les cosmogonies. Mais qui n’abordera jamais les rives de l’origine ? La limite antérieure de l’origine rejoint la limite de l'horizon : toutes deux sont récessives et l’on ne peut concevoir l’univers que comme une sphère. C’est dans cette sphère que l’observateur local se tient et tient ensemble l’origine et l’horizon pour mesurer l’empan de l’univers, avec la Terre en son centre.


- +



En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 2 points de fidélité. Votre panier totalisera 2 points qui peut être converti en un bon de réduction de 0,80 €.


  • Broché: 252 pages
  • Editeur : Hermann (décembre 2017)
  • Collection : HR.PUL.LOGIQ.SC
  • Auteur : Yvon Gauthier

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Nouveaux entretiens sur la pluralité des mondes

Nouveaux entretiens sur la pluralité des mondes

Dans cet essai de cosmologie sauvage, je ne me suis pas adressé aux marquises et aux abbesses, comme le fit Fontenelle, mon lointain prédécesseur, en son temps. Mon public est profane et il refuse d’emblée la docte ignorance des métaphysiciens et des mystiques, femmes savantes ou esprits crédules. Il se méfie aussi bien des mystifications dont se parent parfois les savants et les scientifiques, aussi bien que des fabulations des auteurs de science-fiction, mais il tend l’oreille souvent aux poètes, écrivains et philosophes inquiets.
La cosmologie ou théorie de l’univers est-elle possible et n’est-elle pas limitée par un horizon, l’horizon du visible ou de l’observable ? Imaginer un au-delà de l’horizon est la tâche de la cosmologie spéculative et qui prend alors la relève de la mythologie pour inventer la scène primitive d’une mer originelle. Cette eau originaire n’est pas si éloignée des fluctuations du vide quantique et le mythe de l’océan primitif peut être perçu comme la matrice de toutes les cosmogonies. Mais qui n’abordera jamais les rives de l’origine ? La limite antérieure de l’origine rejoint la limite de l'horizon : toutes deux sont récessives et l’on ne peut concevoir l’univers que comme une sphère. C’est dans cette sphère que l’observateur local se tient et tient ensemble l’origine et l’horizon pour mesurer l’empan de l’univers, avec la Terre en son centre.

Donnez votre avis